Discours du Président François Dagnaud / Isséane / 6 octobre 2010

Discours du Président François Dagnaud / Isséane / 6 octobre 2010Discours prononcé par François Dagnaud, Président du SYCTOM de l'Agglomération parisienne, l'agence métropolitaine des déchets ménagers, le 6 octobre 2010 à Isséane.
Inauguration du circuit de visite d’Isséane

Mercredi 6 octobre 2010 - Intervention de François DAGNAUD, Président du SYCTOM, l’Agence métropolitaine des déchets ménagers

Isséane, c’était au départ une équation impossible à résoudre ;
C’est devenu en cours de route un laboratoire ;
Et c’est à l’arrivée, je crois, une démonstration :


- d’abord une équation à résoudre, autant dire un défi : comment un équipement majeur de traitement des déchets peut-il trouver sa place au cœur de la ville dense ?

- un laboratoire : urbain, architectural, paysager, technologique certes, mais aussi écologique, économique et démocratique. Un laboratoire de développement durable en somme.

- enfin une démonstration, peut-être une preuve : oui, on peut réussir l’intégration d’un centre de traitement des déchets à proximité d’un laboratoire Yves Rocher, en face de la tour de TF1, tout près d’Orange, et accueillir en voisin le siège européen de Microsoft.

Car la question n’est plus : comment éliminer les déchets produits par la Ville et les envoyer le plus loin possible du regard des citadins ? Mais : comment traiter des ressources rares au cœur même de la Ville dense ?

A cette question, une 1ère réponse : le choix de la qualité. Isséane est l’équipement de traitement des déchets ménagers par valorisation énergétique le plus moderne d’Ile-de-France.
Moderne à plusieurs titres :

- par sa technologie performante – aujourd’hui entre les mains compétentes de nos exploitants TSI - qui lui permet d’assurer une fonction de service public d’écologie urbaine essentielle : traiter les déchets de plus d’1 million d’habitants ;

- par son intégration urbaine et architecturale exceptionnelle, dans un environnement urbain en pleine mutation ;

- son ouverture assumée sur la ville et vers ses citoyens. Car intégré ne veut pas dire caché, à preuve ce qui nous réunit aujourd’hui : l’inauguration du circuit de visite et de l’espace pédagogique. 1ère journée Portes ouvertes ce samedi 9 octobre.


On pourrait s’étonner que nous inaugurions aujourd’hui le circuit de visite d’Isséane, alors même que nous n’avons jamais inauguré Isséane elle-même : ce serait oublier que nous n’avons pas « sauté une étape », mais que nous avons bel et bien « franchi un cap » !

Car ce glissement fait sens à mes yeux et nous le revendiquons pour ce qu’il est : à savoir un choix délibéré et le manifeste d’un changement d’époque : passer d’un temps où l’on construisait des équipements que l’on inaugurait entre élus, institutions et partenaires industriels, à un temps nouveau où l’on s’ouvre à tous, où l’on donne à voir notre activité, où l’on informe et sensibilise à la fois, pour associer tous les acteurs à une gestion plus collective, plus collégiale des déchets.


1. Si nous sommes là ce matin, c’est donc d’abord pour répondre à notre devoir d’informer

o avec les efforts quotidiens demandés aux habitants pour atteindre des objectifs ambitieux de tri et recyclage,

o mais aussi désormais de réduction des déchets :

 Nous devons répondre à une demande accrue, 100% légitime, d’informations : ce sont nos efforts conjugués qui feront reculer les déchets et avancer le recyclage. Il ne faut laisser aucun doute dans l’esprit de nos concitoyens : le geste de tri, c’est utile ; faire diminuer nos poubelles, c’est urgent.

- Nous devons pour cela être exemplaires nous-mêmes. Nos résultats sont encourageants :
o - 5 % de déchets depuis 2004,
o Progression des collectes sélectives de 13 % entre 2001 et 2009 sur le territoire du SYCTOM

- Un effort déjà entrepris avec les sentinelles, mises en place avec André Santini dès le début de la réflexion pour le remplacement d’Issy 1.

- Circuit de visite, espace pédagogique : ce sont des outils supplémentaires pour faire connaître notre mission de service public. En 2009 : + de 5 000 visiteurs sur les centres du SYCTOM, soit bien plus que beaucoup de « campagnes de com ». Avec ce nouvel outil, ce sont des milliers d’habitants supplémentaires qui seront accueillis dans les années à venir.

- Un effort qui sera prolongé avec la mise en place d’indicateurs simplifiés sur les rejets atmosphériques dans les prochaines semaines, parce qu’il ne suffit plus de « communiquer », mais qu’il faut désormais « partager » l’information, et donc la rendre accessible au plus grand nombre.

 Donner à voir ce que nous faisons pour mieux associer à nos objectifs environnementaux : c’est peu dire que le circuit de visite d’Isséane a toute sa place dans les orientations du SYCTOM.

2. Isséane, précurseur de la stratégie du SYCTOM

- Isséane témoigne du tournant pris par le SYCTOM en vue de concrétiser les objectifs environnementaux :

o Création d’un centre de tri de 22 000 tonnes/an pour continuer à développer le recyclage,

o Diminution de 15% des capacités de traitement : un signal fort en faveur de la réduction à la source des déchets,

o Une valorisation énergétique qui permet d’économiser des ressources naturelles : alimentation de 80 000 équivalents logement en chauffage et eau chaude sanitaire, permettant ainsi l’économie de 110 000 tonnes équivalent pétrole/an.

- Donc un service public d’écologie urbaine, puisque telle est notre mission.

- Un service public qui est d’autant plus efficace qu’il est géré à la bonne échelle : celle de l’agglomération parisienne.

3. Isséane : la fille aînée de la solidarité métropolitaine ?

- Si Isséane traite les déchets de 25 communes au quotidien, c’est un outil au service de l’ensemble de l’Agglomération parisienne et des 84 communes membres du SYCTOM :

o en complémentarité avec les autres équipements du SYCTOM

o qui a été construit grâce à l’effort financier conjugué de toute l’agglomération parisienne, pour un montant de 600 M€

o qui témoigne que la solidarité territoriale pilotée par les élus locaux permet de dépasser les frontières, géographiques, administratives et politiques, de réaliser des projets emblématiques et de conduire des politiques publiques efficaces, dans le respect de la diversité de nos territoires. A cet égard SYCTOM, l’agence métropolitaine des déchets ménagers = une action à l’œuvre, à l’heure où l’on réfléchit à une gouvernance plus solidaire de la Métropole francilienne. Il est probable d’ailleurs que cette évolution nous amène à l’avenir à élargir nos missions, voire notre périmètre…

o Mais se pose dès maintenant la question du financement du traitement des déchets. Coût d’Isséane : supporté à 98% par le SYCTOM. La Région et l’ADEME ont apporté une contribution – remerciements – mais à l’avenir, si l’on veut poursuivre nos efforts environnementaux, il faudra mettre à contribution l’ensemble des acteurs de la chaîne des déchets !

o La décision de l’ADEME de subventionner l’unité de tri-méthanisation du SYCTOM à Romainville à hauteur de 10 M€ constitue un pas important dans la mise en place d’un nouveau mode de financement des équipements de traitement des déchets, mais nous sommes toujours loin des taux de subventionnement qui ont cours dans le domaine de l’assainissement (aux alentours de 30 %). La qualité de l’air ne vaut pourtant pas moins cher que celle de l’eau.

Conclusion
Agir dans la solidarité et dans la transparence : voilà qui nous permettra de couper court à la petite rengaine qu’on entend se développer ici ou là : « les déchets, c’est plus d’efforts et plus d’impôts pour le même résultat » ; voilà pourquoi nous devons rendre notre mission plus visible. Merci d’être là pour nous y aider !

.